Institut Provençal d'Aromatologie et de bien-être en Luberon  
 

L'Huile Essentielle de MANUKA (Leptospermum scoparium)


Photo des fleurs de Manuka (source: agresponse.com)Cette huile essentielle est encore peu connue, du moins peu utilisée. Elle n’a été utilisée dans l’aromathérapie que depuis une dizaine d’années . Peu d’études ont été réalisées sur cette HE. Toutefois il en existent, dont celles du Docteur Cook de Nouvelle Zélande…..Botanique :

Le manuka ,au même titre que le kanuka (Kunzea ericoides)avec lequel il est souvent confondu, fait partie de la famille des myrtacées, famille botanique riche en feuilles qui comprend aussi les eucalyptus. Le manuka et le kanuka sont des arbustes très abondants sur tout le territoire de la Nouvelle Zélande. Le manuka plus précisément est un arbuste
de forme conique  de 2 à 4 mètres mais pouvant parfois atteindre 8 mètres de hauteur. Le kanuka par contre est un arbre pouvant atteindre 20 mètres. Ils ont tous les deux des fleurs semblables, toutefois de tailles différentes. Ses fleurs sont roses (cf. photo).  Ce sont des arbustes très répandus en Nouvelle Zélande, et selon leur  localisation  (Sud, Nord, Cap est), l’huile essentielle obtenue à partir de la distillation à la vapeur d’eau des feuilles, aura des différences en terme de composition biochimique.

Histoire :

Les Maori, qui est le peuple indigène de Nouvelle Zélande, comme les aborigènes d’Australie, utilisaient les feuilles de manuka et de kanuka dans leur quotidien. Ils utilisaient les feuilles et les branches de manuka dans le bain. Ils buvaient des infusions à partir des feuilles de manuka pour pallier à des problèmes internes variés tels que des infections urinaires, dermatomycoses, pour réduire la fièvre.  Ils  utilisaient les feuilles broyées en application sur la peau pour soigner des blessures, des plaies, pour traiter des problèmes de peau tels que, irritations, démangeaisons,  eczéma, …Les feuilles de manuka  etaient mises dans des récipients d’eau bouillante, et les Maori inhalaient la vapeur d’eau chargée de molécules en cas de rhumes, sinusites, rhume des foins, bronchites, asthme. Ils faisaient bouillir ensemble l’écorce et les feuilles de manuka, et l’eau chaude chargée de molécules étaient utilisé sur les articulations et dos douloureux. Les Maori mâchaient les jeunes pousses de manuka pour soigner la dysenterie. 
En conclusion, le manuka représentait une plante  médicinale importante.

Biochimie :

L’huile essentielle du manuka est obtenue à partir de la distillation à la vapeur d’eau.des feuilles de l'arbuste.

La composition biochimique de l’HE de manuka dépend de l’  « ecotype » récoltée, qui dépend de la variation géographique de l’implantation des arbustes, et donc de la localité du site de récolte. 3 principaux chémotypes ont été définis à travers la Nouvelle Zelande, mais un seul sera vraiment intéressant en aromathérapie :

Au nord, l’HE est riche en pinènes , qui sont des monoterpènes (structure biochimique approximative: monoterpènes 40% environ, sesquiterpènes 42% environ, et Tricétones 1% environ)

Au Cap Est et régions sud de Malborough, l’HE est riche en tricétonesentre 20%/30%  (structure biochimique approximative: monoterpènes : 3%, Sesquiterpènes 54%, et tricétones 33%)

Le reste de la Nouvelle Zélande : monoterpènes : 12%, sesquiterpènes 65%, tricétones 2%.

Suite à des études menées sur cette HE, il a été déterminé que l’action antimicrobienne et antiseptique de l’HE de manuka est fonction principalement de sa teneur en tricétones. Par conséquent on utilisera en aromathérapie l’HE de manuka riche en tricétones (plus particulièrement  leptospermome, isoleptospermome, et flavesone).

Les études sur les différents chémotypes de l’HE  de manuka ont été conduites en premier lieu en Nouvelle Zélandre par le Docteur Cook du « Cawthron Institute »,  a révélé que l’HE de manuka était 20 à 30 fois plus active que l’HE de tea tree (Arbre à thé) de l’Australie pour son action positive sur les bactéries « gram » et 5 à 10 fois plus active sur les champignons, mycoses.
L’HE de manuka a une action antibactérienne sélective. Elle a été testée en laboratoire sur 39 micro-organismes et s’est révélée active sur de certaines bactéries Gram+ (staphylococcus aureus et  epidermidis, staphylococcus methicilin-resistant, streptococcus faecalis, agalactiae, bacillus subtilis, listeria monocytogenes, sarcina lutea, micrococcus luteus) bactéries Gram – (dont escherichia coli, pseudomonas aeruginosa et fuorscens, klebsiella pneumoniae, proteus vulgaris, vibrio furnissii), et fungi (dont candida albicans, tricophyton rubrum et mentagrophytes, microsporum canis, aspergillus niger).

L’HE de manuka, plus particulièrement l’HE riche en tricétones, est active sur une grande variété de micro-organismes qui causent des irritations et des infections au niveau de la peau et du corps tout entier. Donc efficace pour intervenir sur les pathologies bactériennes, telles que les staphylocoques, listeria, streptocoques, et les fongi (« champignons ») tels que candida albicans, trichophyton, microsporum.  Des tests ont montré que l’HE de manuka à tricétones était active sur les organismes qui ont développé une résistance aux antibiotiques allopathiques. 
Elle est anti-inflammatoire, antiseptique, digestive (dyspepsie, diarrhée, ulcère qu’elle cicatrise) et respiratoire (expectorante).

   

Cette HE est utilisée en aromathérapie au niveau mondial depuis une 10 aine d’année environ, en France depuis peu, et essentiellement par  des thérapeutes, des médecins spécialisés en aroma. Mais cette HE gagne en popularité.


L’HE de manuka à tricétones indiquée en cas de :

- Infections microbiennes en général (virale et batérienne) avec une action sélectives sur  certaines bactéries gram+ et gram –

 - peau grasse, peau sensible, acné,furoncles, eczéma, irritations, démangeaisons, urticaires, pellicules, dermatomycoses, impetigo (infection due à la bactérie staphylocoque aureus), ampoules, ulcères variqueux.

- pied d’athlète, infections des ongles, autour des ongles, bactéries responsables d’odeurs nauséabondes de pieds et du corps

- coupures, plaies, piqûres d’insectes, morsures, coup de soleil,

- douleurs musculaires et articulaires

- dyspepsie, diarrhée, ulcères

-  Bronchites, rhumes, catarrhes, grippes, sinusites, toux, rhume des foins 

- pour aseptiser l’air

- Stress et anxiété (propriété étudiée par une aromathérapeute allemand, Ruth Von Braunschweig). 
cette aromathérapeute atteste que l’HE de manuka est bénéfique pour les personnes stressées, anxieuses, sensibles, déclenchant des réactions allergiques  dermatologiques dues au stress, à des problèmes nerveux.
Outre l’HE de manuka, il existe aussi du savon à base d’HE de manuka qui permet aussi d’aider à résoudre des problèmes de peau, ainsi que du miel à base de manuka en prévention.

Toxicité : aucune connue si respect des doses thérapeutiques normales conseillées par les médecins. Utiliser avec modération. Car elle peut être neurotoxique à forte dose au vue de ses composants très actifs (tricétones). Toutefois certaines personnes peuvent être allergiques à cette huile en déclenchant des réactions allergiques dermatologiques. Demander l’avis de votre médecin spécialisé en huiles essentielles

Ne pas utiliser chez la femme enceinte ou allaitante, chez l’enfant et les bébés, personnes âgées, en cas d’épilepsie, d’asthme, d’allergie, de traitements médicamenteux en cours, et en cas d’allergie à l’un des composants de l’huile essentielle.Les voies d’utilisation conseillées : externe (massage et diffusion pour assainir l’air en cas d’épidémie). Pour l’usage interne par voie orale, uniquement sur avis médical. Consultez votre médecin spécialiste de l'aromathérapie.



Références/ sources :

Bibliography


1. Porter N. Manuka: The good oil from New Zealand. HerbalGram . 2001;53:26-30.

2. Riley M. Maori Healing and Herbal: New Zealand Ethnobotanical Sourcebook . Paraparaumu, NZ: Viking Sevenseas NZ; 1994.

3. Rhee GJ, Chung KS, Kim EH, Suh HJ, Hong ND. Antimicrobial activities of a steam distillate of Leptospermum scoparium . Yakhakhoe Chi . 1997;41:132-138.

4. Lis-Balchin M, Hart SL, Deans SG. Pharmacological and antimicrobial studies on different tea-tree oils ( Melaleuca alternifolia , Leptospermum scoparium or Manuka and Kunzea ericoides or Kanuka), originating in Australia and New Zealand. J Phytother Res . 2000;14:623-629.

5. Lis-Balchin M, Hart SL. An investigation of the actions of the essential oils of Manuka ( Leptospermum scoparium ) and Kanuka ( Kunzea ericoides ), Myrtaceae on guinea-pig smooth muscle. Pharm Pharmacol . 1998;50:809-811.

6. Kim EH, Rhee GJ. Activities of ketonic fraction from Leptospermum scoparium alone and synergism in combination with some antibiotics against various bacterial strains and fungi. Yakhakhoe Chi . 1999;43:716-728.

7. Häberlein H, Tschiersch KP. 2,5-Dihydroxy-7-methoxy-6,8-dimethylflavan-3-one a novel flavonoid from Leptospermum scoparium : in vitro affinity to the benzodiazepine binding site of the GABA-A receptor-chloride channel complex. Pharmazie . 1994;49:860.

8. Häberlein H, Tschiersch KP, Schafer HL. Flavonoids from Leptospermum scoparium with affinity to the benzodiazepine receptor characterized by structure activity relationships and in vivo studies of a plant extract. Pharmazie . 1994;49:912-922.

9. Melching S, Bülow N, Wihstutz K, Jung S, König WA. Natural occurrence of both enantiomers of cadina-3,5-diene and δ-amorphene. Phytochemistry . 1997;44:1291-1296.

10. Porter NG, Wilkins AL. Chemical, physical and antimicrobial properties of essential oils of Leptospermum scoparium and Kunzea ericoides . Phytochemistry . 1999;50:407-415.

11. Perry NB, Brennan NJ, Van Klink JW, et al. Essential oils from New Zealand manuka and kanuka: Chemotaxonomy of Leptospermum . Phytochemistry . 1997;44:1485-1494.

12. Priest D. Natural antimicrobials for personal care. Chimicaoggi . 2002;20:43-46.

13. Häberlein H, Tschiersch KP. Triterpenoids and flavonoids from Leptospermum scoparium . Phytochemistry . 1994;35:765-768.

14. Häberlein H, Tschiersch KP. On the occurrence of methylated and methoxylated flavonoids in Leptospermum scoparium . Biochem Syst Ecol . 1998;26:97-103.

15. Weston RJ, Brocklebank LK. The oligosaccharide composition of some New Zealand honeys. Food Chem . 1999;64:33-37.

16. Yao L, Datta N, Tomas-Barberan FA, Ferreres F, Martos I, Singanusong R. Flavonoids, phenolic acids and abscisic acid in Australian and New Zealand Leptospermum honeys. Food Chem . 2003;81:159-168.

17. Harkenthal M, Reichling J, Geiss HK, Saller R. Comparative study on the in vitro antibacterial activity of Australian tea tree oil, cajuput oil, niaouli oil, manuka oil, kanuka oil, and eucalyptus oil. Pharmazie . 1999;54:460-463.




Research publications

Perry, N.B.; Brennan, N.J.; van Klink, J.W.; Harris, W.; Douglas,

M.H.; McGimpsey, J.A.; Smallfield, B.M.; Anderson, R.E. 1997.

Essential oils from New Zealand manuka and kanuka.

Chemotaxonomy of Leptospermum. Phytochemistry 44: 1485-1494.

Perry, N.B.; van Klink, J.W.; Brennan, N.J.; Harris,W; Anderson,

R.E.; Douglas, M.H.; Smallfield, B.M.1997. Essential oils from New

Zealand manuka and kanuka. Chemotaxonomy of Kunzea.

Phytochemistry 45: 1606-1612.

Porter, N.G.; Smale, P.E.; Nelson, M.A.; Hay, A.J.; van Klink, J.W.,

Dean, C.M. 1998. Variability in essential oil chemistry and plant

morphology within a Leptospermum scoparium population. New

Zealand Journal of Botany 36:125-133.

Porter, N.G.; Wilkins, A.L. 1998. Chemical, physical and

antimicrobial properties of essential oils of Leptospermum scoparium

and Kunzea ericoides. Phytochemistry 50:407-415.


 


 






MONOGRAPHIES / FICHES HUILES ESSENTIELLES ET PLANTES

 







    Calendrier - Tarifs des stages
    Formulaire d’inscription (PDF)
    Hebergement (PDF)
    C.G.V. (PDF)
 
 
  IPAL, société Proluna
Institut Provençal d’Aromatologie en Luberon – siège social : 3 rue de l’Industrie, centre d’affaires le GUA, 34880 lavérune - tel : 04.67.15.13.13 / 06.16.85.19.81
SIRET 812 835 387